Da 5 Bloods

« United We Stand, Divided We Fall »

Spike Lee a décidément le sens du timing… Après son BlacKkKlansman dont la production s’était déroulée pendant la marche et le carnage de Charlotteville, Virginie en 2017, le cinéaste ‘Black Power’ par excellence, sort en VOD son nouveau film alors que le monde occidental est plus que jamais en plein émoi face aux inégalités raciales et pour la lutte pour les droits civiques.

Da 5 Bloods retrace admirablement l’histoire de quatre vétérans afro-américains de la guerre du Vietnam, de retour dans la jungle à la recherche d’un trésor qu’ils ont dissimulé dans la jungle durant leur périple martial. Au casting, on retrouve les acteurs Clarke Peters et Delroy Lindo, grands habitués du Cinéma de Lee.

Spike Lee frappe encore une fois très fort avec un nouveau brûlot sur l’évolution de la société américaine. Le réalisateur s’était déjà essayé au film de guerre en 2008 avec Miracle at St. Anna pour raconter l’histoire de quatre soldats noirs américains pris au piège dans un village italien durant la Seconde Guerre mondiale. Avec Da 5 Bloods, Lee pose un regard sur les corrélations du passé sur le présent de la société actuelle et dresse un constat amer mais exacte sur le fait que trop peu de choses ont changé depuis… bien avant les années 1970 en fait.
Derrière cette escapade forestière, le film contient une véritable anthologie sur les tensions raciales dans la société américaine.

Dès son générique d’ouverture constitué d’images d’archives, Da 5 Bloods nous plonge directement la tête au coeur de l’hypocrisie caucasienne (on y re-voit les athlètes Mohamed Ali, John Carlos et Tommie Smith, portés en triomphe pour leur exploits sportifs sous la bannière américain, puis hués pour leur convictions politiques et sociétales) et de son sens de la justice trouble (notamment face à la tuerie de l’université. de Jackson en 1970).
Le dernier film de Spike Lee est habitée par cette fracture éternelle entre les communautés qui forme le peuple des États-Unis. En s’emparant de la figure de l’ancien G.I, le réalisateur esquisse fait évoluer la représentation du vétéran. Les quatre personnages sont en effet des hommes lessivés par leurs traumas, mais pas seulement. Lessivés de la désillusion des promesse politiques et d’un meilleur climat social qui ne s’en viennent jamais. Plus qu’un film de guerre, Da 5 Bloods est un film de mémoire, ou plutôt un blâme qui montre les conséquences dramatiques de son devoir qui n’est pas entretenu. Le. film montre les sources de la dés-unification du peuple américain causée par la perte de ses idéaux et de la diversion de ses convictions.

Avec un regard post-colonialiste, Lee réanime les traces de la Guerre du Vietnam et démontre les failles dissimulées derrière le masque du Patriotisme américain ou comment une nation belliqueuse se sert des castes pour parvenir à ses fins. Les personnages sont en réalité hantés par un mal qui va au-delà du syndrome post-traumatique, la rancoeur. Rancoeur d’avoir été envoyé au front d’une guerre qui n’était pas la leur, combattre un peuple sur ses propres terres, sans forme de gratitude et toujours ces tensions face à l’injustice et aux inégalités raciales.

En bref, Da 5 Bloods est un film incroyable qui met en lumière les plus grand maux de la société occidentale au XXIème siècle, en continuel déni de ses erreurs socio et géo-politiques passées. C’est une critique corrosive qui, par ailleurs, confirme le charisme fougueux de l’acteur Chadwick Boseman.

Note : 4 sur 5.

Victor Colt, 25 Août 2020, Montréal

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :